Visualisation d'un examen au pentacam

Le pentacam est composé d'une caméra rotative Scheimpflug. Le processus d'acquisition par rotation génère des images scheimpflug tridimensionnelles et un tableau matriciel possédant un maillage fin au centre, grâce à l'acquisition par rotation.

Il suffit de deux secondes au maximum, pour générer une acquisition complète du segment antérieur de l'œil. Tout mouvement de l'œil en cours d'acquisition est détecté et corrigé grâce à une seconde caméra. Le pentacam calcule un modèle tridimensionnel du segment antérieur composé de 25 000  points d’élévation réelle.

La topographie et la pachymétrie des surfaces antérieures et postérieures de la cornée, du limbe au limbe, sont déduites de ces données.

L'analyse du segment antérieur est caractérisée par le calcul de l'angle irido cornéen. Il permet de calculer le volume de la chambre antérieure ainsi que sa profondeur. Une représentation tridimensionnelle mobile composée des faces antérieures et postérieures de la cornée, de l'iris et du cristallin est aussi disponible. Enfin, une fonction de densitométrie permet une évaluation quantitative du cristallin.

Les images Scheimpflug générées au cours d'une acquisition sont compilées par l'appareil de façon à être transmises sous format numérique et compressées au PC.

Lorsque le PC reçoit les informations de l'appareil, le programme calcule le modèle 3D de la chambre antérieure et l'ensemble des informations caractéristiques qui en découlent. Les mesures sont alors affichées à l'écran sous forme de cartes colorées, de diagrammes, en 3D.

 

Visualisation d'un examen

La vue générale d’un examen contient les informations suivantes :

  • Les données du patient,
  • La position de la caméra et de la fente lumineuse pour chaque image Scheimpflug,
  • L'image scheimpflug et densitométrie: L’image scheimpflug est affichée. Sur cette image apparaît une ligne verticale pointillée blanche. La courbe de densitométrie le long de cette image est affichée sous forme d'un graphique vert et indique le degré d'opacité du cristallin.
  • La représentation tridimensionnelle : la représentation tridimensionnelle des surfaces principales du segment antérieur est affichée, c'est-à-dire les faces antérieures et postérieures de la cornée, l'iris et la face antérieure du cristallin.
  • La valeur kératométrique : Les rayons de courbures centraux de la cornée, l'astigmatisme et l'axe correspondant ainsi que l'excentricité sont affichés. L'excentricité moyenne et le diamètre pupillaire moyen sont aussi indiqués.
  • L'analyse de la chambre antérieure : l'épaisseur cornéenne et de la chambre antérieure y sont représentées. L'analyse de la chambre antérieure comprend les données suivantes:

                    - Le centre pupillaire : centre pupillaire.
                    - Pachymétrie de la cornée au centre de la pupille : coordonnée sdu centre pupillaire par rapport à l'apex cornéen.
                    - Pachymétrie minimale: plus petite valeur de pachymétrie de toute la cornée et ses coordonnées par rapport à l'apex cornéen.

Le volume de la chambre antérieure est délimité par la face postérieure de la cornée, l'iris ainsi que le cristallin. La profondeur est calculée à la partie verticale de l'apex et est mesurée à partir de l'endothélium jusqu'à la face antérieure du cristallin.

  • Les cartes de pachymétrie et de topographies : des cartes de topographie et de pachymétrie sont affichées pour une visualisation et une analyse rapide. Ces informations sur la cornée sont données sous forme de cartes colorées. Toutes ces cartes sont centrées sur l'apex cornéen. L’apex est défini comme la portion de la cornée ayant un gradient mathématique égal à zéro.
  • L'échelle de couleur : l'échelle de couleur indique l'équivalence entre les couleurs de la cartographie ainsi que les valeurs numériques.
  • La pression intraoculaire corrigée :
Facteurs KPD : Le facteur kpd est calculé entre les anneaux de diamètre 0,8 mm et 1,6 mm autour de l'apex et donne une indication de l'influence de la face postérieure de la cornée sur la carte de puissance cornéenne. Les valeurs inférieures à 0,5 dioptries sont en général normales, une valeur supérieure à 0,5 et dioptries indique une cornée anormale, c'est-à-dire par exemple, ayant subi une chirurgie PKR ou lasik ou bien porteuse d'un kératocône.
  • L'angle irido cornéen est alculé à partir du modèle 3D,
  • Le diamètre pupillaire : le diamètre pupillaire indiqué est la valeur moyenne obtenue pendant toute la durée de l'acquisition.
  • Épaisseur du cristallin : épaisseur du cristallin à la verticale de l’apex de la cornée.
  • Qualité de l'examen : une fenêtre indique les paramètres d'évaluation et d'indices caractérisant la qualité de l'examen.
  • La face antérieure et postérieure de la cornée. L'air est analysée. Elle indique la portion d'air analysé de la face en antérieur de la cornée par rapport à la surface totale réelle de cette face,
  • Données valides. Ce facteur prend en compte l'environnement lumineux lors de l'acquisition. Si cette valeur est faible, il faut vérifier les conditions d'éclairage de la pièce.
  • Les segment perdus. Cette valeur évalue le nombre d'images scheimpflug qui ne peuvent pas être analysées en raison d'un clignement du patient.
  • Les segments perdus adjacents. Cette valeur évalue le nombre d'images scheimpflug successives qui ne peuvent pas être analysées en raison d'un clignement du patient
  • Déviation modèle 3D. Une fois le calcul du modèle 3D de la face antérieure de la cornée effectuée, les données d'élévation du modèle sont vérifiées. S'il existe une déviation entre ces données et celles provenant du calcul lissé du modèle 3D un facteur de déviation est alors calculé.
  • L'alignement:
                    - Alignement XY. Ce facteur évalue le bon alignement sur l'œil du patient.

                    - Alignement Z.

Ce facteur considère la distance séparant le pentacam de l'œil du patient

  • Les mouvements de l'œil. Les mouvements de l'œil du patient durant l'examen sont enregistrés et analysés. La valeur obtenue est élevée si le patient ne fixe pas correctement ou perd la fixation en cours d'acquisition. Cela peut être dû à une réfraction très mauvaise, un manque de coopération ou encore un nystagmus.

 

 

Mis à jour le 12/15