Photo kératectomie thérapeutique (PKT)

La Photo kératectomie thérapeutique (PKT) est principalement indiquée pour les douleurs secondaires dues à des irrégularités épithéliales de la cornée superficielles ou à des cicatrices stromales dans un tiers antérieur de la cornée.

Les sujets doivent avoir, en premier lieu, essayé les options alternatives de traitement. Pour mesure de sécurité, l'épaisseur cornéenne post-opératoire immédiate ne doit pas être inférieure à 250 millimètres.

Indications

Les conditions justifiant une PKT sont :

  • Cicatrices cornéennes et opacité (traumatisme ou infections inactives),
  • Dystrophies,
  • Le keratite superficiel de Thygeson,
  • Les surfaces cornéennes irrégulières associées au kératite filamenteuses et à la dégénérescence nodulaire de Salzmann,
  • Bande résiduelle de kératopathie,
  • Cicatrices à la suite de l'excision précédente de pterygion.

Contre-indications

L'épaisseur post-opératoire cornéenne résiduelle est inférieure à 250 micromètres (à l'exclusion de l'épithélium), cicatrice située sur les 2/3 postérieures de la cornée.

Précautions

Il est recommandé d'enlever seulement la profondeur nécessaire pour améliorer la vision et/ou pour soulager des symptômes, il faut éviter d'enlever trop de tissu.

  • La réactivation du virus herpès est possible après PKT. Un cours traitement d'acyclovir oral est recommandé s'il y a un antécédent d’infection herpétique,
  • Si des stéroïdes actuels sont employés en post-opératoire, les sujets doivent être surveillés : il y a nul risque d’hypertension et/ou de glaucome oculaire avec dommages du nerf optique, ou développement de la cataracte sous capsulaire postérieure,
  • Les sujets avec des maladies systémiques telles que les maladies du tissu conjonctif, le diabète, la maladie atopic grave, ou un statut immunodéprimmé doivent être traités avec précaution.

La sécurité et l'efficacité du traitement de PTK n'a pas été établie pour:

  • Traitement des érosions cornéennes récurrentes,
  • Traitement des maladies cornéennes avec iritis, l'uveite, cicatrice de keratite et blepharites grave,
  • Traitement des cicatrices et des irrégularités des patients avec keratoconus,
  • Patients avec le neovascularisation cornéenne près de la zone d'ablation,
  • Patients présentant une maladie systémique,
  • Patients présentant une chirurgie cornéenne précédente,
  • Femmes enceintes,
  • Patients au-dessous de 18 ans.

Considérations pour déterminer les patients appropriés pour PTK

L'erreur réfractive induite aurait comme conséquence l'anisometropia et/ou l'astigmatisme significatif.

Le patient doivent avoir la capacité de tolérer l'anesthésie locale ou actuelle et pouvoir se retrouver à plat sans difficulté.

 

Pendant la procédure de PTK

Le laser est potentiellement dangereux seulement au contact de la peau et aux couches extérieures de la cornée. Ce rayonnement n'a pas montré de danger pour les structures rétiniennes ou le cristallin. L'analyse de la zone nominale de risque montre que la zone de risque (zone nominale de risque) pour la production d'un keratite photochimique est inférieure à 40 cm.

On recommande d'éviter tout contact du faisceau primaire sur la peau. Aucun risque n'existe au delà de 40 cm pour le patient.

  • Un examen à la lampe à fente doit pouvoir estimer la profondeur et la taille du tissu pathologique anormal,
  • Il doit identifier les taux d'ablation de tissus cornéens pathologiques prévisibles.

Événements défavorables

Les événements défavorables potentiels de la procédure de PTK incluent la perforation cornéenne, l'infection, la décompensation cornéenne, la difficulté avec la re-epithelialisation, la perte de la meilleure acuité visuelle corrigée et non corrigée, le changement réfractif induit, l’opacité cornéenne.

Le rayonnement laser d'excimer a le potentiel d'induire des dommages micromécaniques aux cellules endothéliales, d'induire des cataractes, ou de causer des mutations. Ces effets n'ont jamais été observés dans aucune utilisation clinique, ni dans les test in vitro.

Formes de la zone de traitement

Cercle PTK

  • Le diamètre de l'ablation peut varier de 2,0 à 6,5 mm,
  • Le chirugien peut biseauter le bord pour créer une pente progressive (zone de transition) à partir du lit de la surface d’ablation jusqu’à la surface adjacente non traitée de la cornée,
  • Le système comporte un mode de lissage permettant d'obtenir une ablation évasée sur les bords et crée ainsi automatiquement une zone de transition d’environ 0,4 mm. Cette ablation évasée augmente la superficie du bord de la zone ablatée de 0,2 mm. Le nombre nombre d’impulsions (de 1 à 250) ou la profondeur d’ablation en microns (μm) peut être sélectionné tout comme :
    • le diamètre de la zone de traitement (incluant la zone de transition).
    • le diamètre de la zone de traitement est délimité par la zone de transition.
    • les dimensions de la zone de transition (0,0 mm à 2,7 mm). La zone de transition est la largeur entre le bord défini par le diamètre de la zone de traitement et le bord évasé de l'ablation adjacent à la partie plane de la surface d'ablation. Augmenter la dimension de la zone de transition réduit la surface de la partie plane de l'ablation et maintient un diamètre de zone de traitement régulier.

La méthode Fente PTK

  • Corrige les anomalies cornéennes linéaires ou extrêmement petites,
  • Surface de traitement minimale : 0,6 mm x 0,6 mm,
  • Surface de traitement maximale : 6,5 mm x 6,5 mm,
  • L’utilisateur définit la longueur, la largeur et l’angle de la zone traitée,
  • La dimension de la largeur de la zone de traitement ne peut dépasser celle de la longueur,
  • Une longueurs et une largeur différentes permettent d’obtenir une zone de traitement rectangulaire avec des coins arrondis,
  • Une longueur et une largeur similaire permettent d'obtenir une ablation circulaire. Il n’est pas possible d'inclure une zone de transition avec ce type d’ablation.

 

 

Mis à jour le 12/15